DISNEY VILLAINS, « Miroir, miroir », Serena Valentino

Miroir, miroir magique au mur, qui a beauté parfaite et pure ?

Quelle petite fille n’a jamais reproduit cette scène mythique devant le miroir de la salle-de-bains pendant ses heures de jeux ? Personnellement, je l’ai fait teeeeellement de fois ! Et quand je ne me prenais pas pour la méchante reine, je m’imaginais capable de parler aux animaux. J’ai souvent tenté d’expliquer à mon chien comment faire mon lit d’ailleurs, en vain…

Bien le bonjour jeunes gens !

Les éditions Hachette Heroes nous gâte en ce moment ! Après la collection Twisted Tale, je reviens vers vous aujourd’hui pour vous parler d’une autre de leur collection : Disney Villains !

Alors ok mais, qu’est-ce que c’est ? Ce n’est autre qu’une saga imaginée par la célèbre auteure Serena Valentino, qui nous retrace les histoires de nos Disney favoris, à la différence près que cette fois-ci, tout est raconté du point de vue du méchant ! Avouez que c’est tentant, non ?

Le premier tome de cette saga, vous l’aurez compris, n’est autre que l’histoire de la sorcière à la pomme empoisonnée. J’ai nommé : la méchante reine ! Villain emblématique de l’univers Disney, ce personnage fascine de part le mystère qui l’entoure. Comment a-t-elle acquis ses pouvoirs ? Pourquoi est-elle comme ça ? D’où lui vient son obsession pour sa beauté ? Quel est son passé ? Toutes ces questions vont trouver leur réponses. Et je dois dire que l’histoire de Serena Valentino m’a fait voir ce personnage féminin sous un tout nouvel angle…

Elle imaginait son cœur tel un miroir brisé, dont les morceaux ne se recolleraient jamais

Une évolution psychologique

Nous connaissons tous cette femme névrosée prête à tout pour apaiser son ego, même à tuer. Mais la méchante reine n’a pas toujours été ainsi. En effet, le roman s’ouvre sur une jeune femme issue d’un milieu pauvre. Orpheline de mère, son père ne s’est jamais remis de la disparition de son épouse et se venge sur sa fille qu’il tient pour responsable de tous ses malheurs. Celle-ci grandit et passe toute son enfance persécutée par son seul parent. Puis un jour, alors que le roi du royaume était en campagne, il passe près de chez elle et fait sa connaissance. Subjugué par la beauté de la jeune femme, il en tombe éperdument amoureux et l’épouse sans tarder. C’est ainsi que cette femme devient alors reine, ainsi que la belle-mère de Blanche-Neige.

On y découvre une femme douce et aimante qui agit comme une vraie mère avec la petite princesse, ce qui m’a grandement surprise car j’avais comme préjugé que les villains étaient méchants de nature, que le mal était ancré en eux depuis leur naissance. QUE NENI ! C’est une jeune femme bienveillante qui se dévoile, une femme qui a souffert du manque de sa mère et qui fait tout son possible pour que Blanche-Neige ne ressente pas la même chose.

Puis au fil des chapitres, on voit l’horizon de ce royaume enchanté s’assombrir lentement mais sûrement. Comme n’importe quel royaume prospère, celui-ci est attaqué et son souverain doit partir de plus en plus souvent guerroyer pour défendre ses terres. Notre jeune reine se retrouve souvent seule et, inconsciemment, son esprit fait le parallèle avec son enfance, époque où elle était déjà très solitaire. La mélancolie semble la suivre partout et c’est ainsi qu’elle s’enferme dans une solitude abyssale, avec pour seule distraction la progéniture de la personne qui lui manque le plus au monde, et dont les absences ne semblent plus finir.

Seule avec ses pensées, la jeune reine ressasse le passé et ne cesse de repenser aux phrases destructrices de son père qui, de son vivant, n’a jamais eu de cesse de lui asséner. En tant que femme dans une époque féodale, notre héroïne ne gère d’aucune façon les affaires du royaume. Alors malgré les clameurs scandées par le peuple à son égard, elle comprend que cet amour n’est dû qu’à sa beauté. C’est à partir de ce moment que commencera son obsession pour son apparence.

La folie est dans les yeux de celui qui regarde.

L’origine du mal

Comme je vous le disais plus tôt, c’est dans son enfance que prend racine le mal qui rongera ce personnage emblématique. C’est à l’âge adulte qu’elle goûte enfin au bonheur, et le roi se présente ainsi comme son sauveur, celui qui lui rappelle sans cesse sa beauté, qui dément le fantôme de son père. Dans ce roman, la reine est sans cesse à la recherche de l’attention de son roi, de son approbation. Il est sa seule réelle raison de vivre.

À la mort de celui-ci, c’est tout son monde qui s’écroule. Elle perd son but, l’être qui lui est le plus cher. Mais en tant que souveraine, elle ne peut pas se permettre de prendre le temps pour faire son deuil, car c’est une avalanche de responsabilités qui lui incombent alors : diriger un pays et élever l’enfant de son amour perdu. Durant l’enfance de la princesse, sa présence lui rappelle constamment qu’elle a perdu l’homme de sa vie. Et en grandissant, la petite fille se transforme en jeune fille. Une jeune fille de plus en plus jolie.

Lors de ses noces avec le roi, les trois cousines éloignées de celui-ci, des personnages aussi étranges qu’effrayantes, avaient offert à la reine un vieux miroir. Installé dans son boudoir, la jeune reine découvre que l’objet est loin d’être ordinaire. En effet, le miroir est habité par un esprit, qui n’est nul autre que le père de la reine. Pensant être enfin libérée de la pression malsaine de son dernier parent, c’est avec effroi qu’elle continue de subir ses persécutions sans qu’elle ne puisse rien n’y faire. En effet, il est inenvisageable pour elle de s’en débarrasser, ou même de le détruire, car sa magie lui est plus qu’utile : le miroir a pour obligation de répondre à toutes les demandes de son propriétaire. Et en plus de lui apprendre l’art occulte de la magie, il détient toutes les réponses. Y compris l’identité de la femme la plus belle de toutes.

Toutes les horreurs qu’il avait dû voir pesaient terriblement sur son âme, mais elles lui avaient aussi ouvert les yeux sur la réalité du monde.

Une suite intéressante

Vous connaissez tous ce que la méchante reine fait subir à Blanche-Neige en tentant d’arriver à ses fins. C’est pourquoi je ne vous le rappellerai pas. Ce qui m’a interpellée a été la façon dont se termine cette réécriture. Dans le dessin animé, l’histoire se termine sur Blanche-Neige et son prince charmant chevauchant vers un château enchanté sur fond de soleil couchant. Mais ensuite ? Que se passe-t-il ?

La méchante reine, sous sa forme de sorcière, perd la vie en tombant du haut d’un précipice. Ironie du sort, elle se retrouve à son tour enfermée dans le miroir dont Blanche-Neige hérite. Soulagée des craintes de son vivant, la reine retrouve enfin la raison et réalise l’ampleur et les conséquences de ces actes. Elle devient alors une conseillère éclairée et bienveillante pour sa fille adoptive qui, elle, utilisera le miroir avec parcimonie.

Cette dernière, en bonne princesse, pardonnera à sa belle-mère les mauvais sévices qu’elle lui a fait subir, et préfèrera garder en mémoire les bons souvenirs qu’elle partage avec cette femme. La reine trouve alors dans son emprisonnement une rédemption en plus d’une pénitence, ce qui permet de refermer ce livre sur un happy end, même s’il est quelque peu amère.


J’espère que cet article vous aura plu ! J’attends vos retours dans les commentaires 😉

Quel est votre méchant Disney préféré ? Auriez-vous imaginé l’histoire de la méchante reine de cette manière ?

On se retrouve bientôt pour un nouvel article ! 😘

Aurélia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :