Surmonter les épreuves

Les épreuves des autres sont toujours banales. Et les nôtres sont forcément terribles.

OYEZ ! OYEZ !

Sur cette intro passée de mode (sans blague ?), je viens vous parler aujourd’hui d’un sujet vraiment important et des plus sérieux. Promis, vous ne partirez pas en dépression suite à la lecture de cet article !

En ce jeudi 3 octobre bien frissonnant, se tient la journée internationale des personnes handicapées. Si vous me suivez sur Instagram (@aureliagram), vous savez sûrement qu’en parallèle de mes études, je m’occupe d’une ado en fauteuil atteinte d’une maladie grave. Maladie à laquelle il n’existe pas encore de remède, soit dit en passant.

« OK, c’est vraiment triste pour elle, mais où est le rapport avec le titre de ton article ? » J’y viens.

6 heures par semaine, je me rends chez elle et je m’en occupe. Je lui change les idées, etc. Certains voient là une sorte de baby-sitting pour grand enfant, mais c’est bien plus que ça. Car même si sur mon contrat de travail j’occupe le poste de « Dame de compagnie » (eh ouais, je suis au service d’une princesse les gars), c’est bien plus que ça. Je la coiffe, je l’emmène faire les magasins, je l’accompagne au cinéma, à des concerts, je la maquille. Mais surtout : JE LUI CHANGE LES IDÉES.

Oui, c’est ma mission la plus importante quand je suis auprès d’elle. Pour la simple et bonne raison que sa vie est loin d’être facile. Pour vous donner une idée, cette jeune fille a fêté ses 16 ans en février, et elle passe le plus clair de son temps allongée dans son lit, ou assise dans son fauteuil. Elle a des crises de douleur à de nombreuses reprises dans la journée, et il y a même des jours où c’est en continue. Et les médicaments qu’elle prend ne sont même pas suffisant pour masquer la douleur. On ne peut que l’atténuer, mais pas la faire disparaître… Elle ne peut pas accomplir les tâches du quotidien seule, aussi simples soient-ils, car ses membres ne lui répondent presque plus. Ils tremblent sans cesse. Alors imaginez tenir une fourchette ou un verre dans ces conditions ? Elle ne peut pas non plus lire car sa vue c’est énormément détériorée, et par conséquent elle ne va pas à l’école, donc pour les relations sociales on repassera. Les seules personnes qu’elle fréquente sont les membres de sa famille, le personnel de santé, et moi bien entendu.

Et là je suppose que vous vous demandez si cette foutue maladie est présente depuis toujours ? Pour répondre à votre question : oui et non. Oui car elle est là de naissance, et non car elle ne s’est déclarée que plusieurs années après. Donc elle a connu une vie normale et aujourd’hui, du haut de ses 16 ans, elle voit les jeunes de son âge vivre leur vie et elle ne peut s’empêcher de comparer sa vie à la leur.

Et moi ça me fend le cœur.

Alors quand je vais la voir, c’est un festival de bonnes ondes, de smile, et d’idioties en tout genre qui s’abat sur elle. Et quand je l’entends rire je me dis que j’ai réussi mon pari.

Mais si j’écris cet article ce n’est certainement pas pour faire pleurer dans les chaumières. Mais bel et bien car cette enfant est pour moi un modèle. C’est tous les jours qu’elle me donne une leçon de vie. Si vous saviez à quel point elle surmonte son handicap, avec une telle force ! Elle force l’admiration, et j’aimerai être aussi forte qu’elle.

Quand je repense au nombre de fois où je me suis plainte et apitoyée sur mon sort alors que mes galères n’étaient que des peccadilles comparées à tout ce qu’elle vit. Et au quotidien ! Alors que personnellement, il m’arrive une galère ou deux de temps en temps, mais le reste du temps je mène une existence relativement sympathique.

Voici la liste des choses que j’ai apprises à son contact :

  • Pleurer sur les évènements tragiques ne les rendra pas plus heureux.
  • Ressasser le passé ne changera pas le présent.
  • Sourire à la vie pour qu’elle nous sourisse en retour.
  • Faire preuve de courage nous permet de toujours nous surpasser.
  • Se plaindre ne règlera pas le problème, mais prendre des décisions et agir, si.

Quand j’étais petite (et que je n’étais pas grande), ma mère m’avait déjà inculquée ses préceptes. Et même si je les avais retenus, ce n’est qu’au contact de cette jeune lionne que j’en ai vraiment saisi toute l’ampleur.

D’où le fait que je mette un point d’honneur à lui changer les idées quand je vais lui rendre visite. Je lui dois bien ça. Elle m’a tellement appris. Et elle continue de m’en apprendre chaque jour !

Alors cessons de nous arrêter sur les broutilles que la vie pose ça et là sur notre chemin, et concentrons-nous plutôt sur les cadeaux que l’existence nous a faits : la santé, l’indépendance, la paix, l’amour, la famille et les amis. Faisons comme elle et soyons forts !

Bonne journée à vous les copains, et je vous souhaite de vivre la meilleure des vies !

Aurélia.

3 Comments on “Surmonter les épreuves”

  1. C’est un bel exemple de courage et de leçon de vie. Entrée dans sa vie a été l’une des choses les plus importantes pour elle… Et pour toi !
    L’article m’a énormément touché, continue sur ta lancée (encore et toujours).

    Nico

    J'aime

  2. Citation très forte et véridique. Il est navrant d’écouter des gens se plaindre de leurs petites vies confortables… Depuis longtemps, je dis facilement « il y a pire tu sais », que ce soit aux autres ou à moi même. Et ce sont souvent les personnes comme elle, qui se plaignent le moins… Vas t’en comprendre. Mais nous souffrons tous de maux différents et souvent incomparables car nous sommes tout simplement tous différents. Tolérance.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Sophie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :